être soi-même

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour février 2007

28 février, 2007

Souffrance intérieure

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 11:49

Souffrance intérieure  dans Poèmes

 

 

on a mal aux os
on est étranger dans sa peau
tout endolori

une tristesse qui se traîne
qui marche à petit pas
en chemise de nuit
trop fatiguée
trop épuisée
pour se faire une beauté
pour apitoyer les gens
parce qu’elle est impitoyable
pour lancer des cris
parce qu’elle reste sans voix
pour appeler au secours
figer d’effroi
pour s’adresser aux amis
pour ne pas faire de vagues
pour ne pas faire de bruit

 

on se renferme dans sa solitude
dans sa souffrance fœtale
on voudrait de la sollicitude
on n’ose la réclamer
notre situation semble fatale
d’une irréversible fatalité

 

on aspire à la paix
à être pris dans des bras
comme un enfant chagrin
à être inondé d’affection
à entendre à l’oreille
des mots d’une douceur si douce
qu’ils effacent les larmes
qui coulent sur la joue

 

on désire fixer dans les yeux
un regard profond et si calme
qu’il apaise la tempête
qui agite les tréfonds de l’âme
on cherche une peau si caressante
qu’elle offre la douceur des songes
que l’on puisse s’y coller à jamais
dans le creux de cette épaule
d’une tendresse si tendre
qu’elle berce comme les flots
qu’elle étouffe les sanglots

 

on rêve d’un amour si intime
qu’il apprend à aimer la vie
qu’il sourit jusqu’au moment
où l’on tombe endormi
dans la sérénité des choses
que par lui on se réconcilie
avec le monde
parfois si cruel
que par lui on se réconcilie
avec soi-même
au point de pouvoir s’aimer
au point d’être capable d’aimer

26 février, 2007

Citations d’amour

Classé dans : Citations — nacydymeg @ 20:33

Citations d'amour dans Citations animazione2ca7zh4

 

« Heureux celui qui vous aime, qui aime son ami en vous et son ennemi à cause vous » – St-Augustin

dblpnk dans Citations

 

« Quand je n’aime plus, j’ai autant envie de ne plus être aimé, que j’en ai d’être aimé quand j’aime. » – Fontenelle

 

dblpnk

 

« L’amour, c’est l’espace et le temps rendu sensibles au coeur. » – Proust

 

dblpnk

 

« Ce qu’il y a d’ennuyeux dans l’amour, c’est que c’est un crime dans lequel on ne peut pas se passer de complice. » – Baudelaire, Mon coeur mis à nu.

dblpnk

 

« La liberté d’aimer n’est pas moins sacrée que la liberté de penser. » – Hugo

 

dblpnk

 

« L’amour qui naît subitement est le plus long à guérir. » – La Bruyère, Les Caractères.

dblpnk

 

« La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve,

Et vous auriez vécu si vous aviez aimé. »- Musset, Poésies.

 

dblpnk

 

 

24 février, 2007

La sensualité

Classé dans : La sensualité — nacydymeg @ 22:03

La sensualité dans La sensualitédyn002_original_349_480_pjpeg_12088_cbb5238db66707413f259a28421a9ea4 dans La sensualité

 

Souvent, la sensualité est perçue comme opposée à la sexualité. La sensualité est alors attribuée aux femmes et elle est comprise comme étant la capacité à donner et à recevoir de la tendresse et des caresses. Dans cet optique, la sexualité est reléguée à son aspect génital et elle est attribuée aux hommes. Ces attributions sont sans dues à ce que la femme est portée à demander des caresses de tout le corps alors que l’homme est plus porté à placer son attention sur les caresses génitales.

Pourtant, la sensualité ne s’oppose pas à la sexualité et une personne peut être à la fois sensuelle et sexuelle. En outre, elle est bien plus que la capacité de partager tendresse et caresses. En fait, la sensualité c’est la capacité de vivre pleinement dans son corps et de prendre plaisir à son environnement au travers de ses cinq sens : le toucher, l’odorat, le goût, l’ouie et la vue.

Ainsi, la capacité de se laisser aller au plaisir de toucher et d’être touché fait partie de la sensualité, puisque le toucher est un sens. Ce toucher, en outre, peut tout autant être au niveau du corps entier ou qu’au niveau des zones érogènes et génitales, ce qui implique qu’une personne vraiment capable de sensualité devrait trouver plaisir à l’aspect génital de la sexualité. Tout comme une personne n’arrivera pas à goûter pleinement aux caresses génitales si elle se coupe habituellement des sensations ressenties par le reste de son corps. Le corps et le sexe ne sont pas coupés l’un de l’autre (en fait, les organes génitaux font partie intégrante du corps!), ce qui implique que pour vivre une sexualité pleinement satisfaisante, il est nécessaire d’être en contact avec ce que l’on ressent à la fois dans notre corps et dans nos organes génitaux.

Par ailleurs, beaucoup de gens associe la sensualité à une jeune femme habillée sexy. En fait, la sensualité a peu à voir avec la beauté corporelle d’une personne car on peut la remarquer tout autant chez des personnes moins gâtées par la nature et chez des personnes plus âgées.

La sensualité, au fond, c’est ce qui se dégage d’une personne, homme ou femme, qui exprime spontanément le bien-être qu’elle ressent à vivre pleinement. Elle apprécie son corps et en prend sainement soin ; elle se sent en communion avec son environnement et avec la nature. Trouvant plaisir à ce que lui offre la vie, elle se permet d’expérimenter ce que lui font vivre ses sens. Elle prend le temps et prend plaisir à voir, à sentir, à goûter, à entendre, à toucher et à être touchée. Se laissant guider par son ressenti et son plaisir de vivre, elle démontre de la grâce, de la fluidité naturelle, de la simplicité et de la sérénité.

Pour développer sa sensualité dans son quotidien et dans sa sexualité, il est donc nécessaire d’apprendre à être soi-même. D’apprendre à vivre ce qui se passe à l’intérieur de soi, que ce soit au niveau de notre corps et de nos sens, de nos émotions, de nos organes génitaux. Et finalement, d’apprendre à prendre le temps d’apprécier la vie qui se fait présente en nous et tout autour de nous.

L’abus d’amour

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 20:25

animation8x.gif

 

Abus d’amour ?

t’aurais voulu être « elle »,
celle qui le fait sourire plus que celle qui ne le fait souffrir.

Liberté, beauté, simplicité
les mots ne manquent pas pour la qualifier
toi tu es arrivée
et en elle tu t’es permis de tout chambouler
elle t’a laissé t’ aimer.

tu ne l’as pas laissé te dire qu’ elle ne pouvait te quitter…
tu n’as pas compris qu’a ses yeux l’importance que tu avais
tant d’ignorance pour tant de souffrance…

tu veux l’éffacer, mais en toi,

 ton plus grand souhait est de le retrouver
peut- être qu’aux yeux des autres tout cela est stupide mais pour toi ce fut ta métamorphose, ta rose
mais comme toutes les roses, elles sont belles au début, puis fanes gardant ses épines,piquantes et saillantes…

tu aurais voulu être l’héroïne d’un amour rebelle et non d’un amour poubelle…

tu aurais voulu vivre dans la folie, perler son Corp de tes baisers ,exhausser tous ses souhaits….ne jamais le quitter….immortaliser ces moments qui hantent toujours tes nuits….

la vie file et défile
toi mon amie, tu te files et te défiles…

pourquoi ton coeur te semble brisé
ton corps abandonné et souillé
alors que ce fut juste une histoire sur le chemin de ta vie, juste une erreure sur la vie de tes nuits.

tu retrouveras le sourire , tout ça n’est que partager.

  Un étranger viendra et deviendra l’héritier de cet amour mal achevé…

Clairee

L'abus d'amour dans Poèmes barrepm6mh3dg4

 

   
12345
 

medecin.cantalien |
Samclaude ou bien? |
Mes chats Devon Rex et Cha... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Muse
| Virginie et Guillaume
| récits