être soi-même

Bienvenue sur mon blog

6 juillet, 2008

le harcèlement au travail

Classé dans : les manipulateurs narcissiques — nacydymeg @ 20:29

  Qu’est-ce que le harcèlement au travail ? 

Ce sont les conduites abusives et répétées de toute origine, externe ou interne à l’entreprise ou l’institution. Elles se manifestent notamment par des comportements, des paroles, des intimidations, des actes, des gestes, et des écrits unilatéraux, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l’intégrité physique ou psychique d’un travailleur ou d’une autre personne lors de l’exécution de son travail, et, de mettre en péril son emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. 

Cette guerre des nerfs regroupe deux phénomènes : -         l’abus de pouvoir 

-         la manipulation perverse 

Cette violence au travail prend naissance de manière anodine et se propage sournoisement. Au début de l’agression, la personne visée va prendre à la légère piques et brimade sans se formaliser. Ensuite, ces attaquent vont devenir de plus en plus fréquentes et la personne visée va être régulièrement mise à en état d’infériorité, soumise à des manœuvres malveillantes et dégradantes pendant plusieurs semaines et à force, la victime perd une partie d’elle-même. Elle revient chez elle, usée, humiliée et abîmée. 

Il est normal que dans un groupe existe des conflits (c’est même sain). Mais lorsque des remarques blessantes surviennent sans qu’il y ait des excuses après un mouvement d’énervement ou de mauvaise humeur, on peut commencer à se poser des questions sur la nature de l’acte agressif. Le phénomène destructeur est constitué principalement de la répétition des vexations et d’humiliations. 

C’est une machine infernale qui s’est mise en route et qui détruire tout sur son passage. C’est une agression effrayante parce qu’inhumaine, sans état d’âme et sans pitié de la part de l’agresseur. 

Le plus terrible, c’est la désolidarisation des collègues soit par lâcheté, égoïsme ou par peur d’avoir à leur tour des représailles. 

La relation conflictuelle s’accentue de manière de plus en plus agressive : haine pour l’agresseur et peur de voir ou rencontrer son persécuteur pour la victime. S’en suivent pour la victime des comportements pathologiques qui serviront de prétextes dévalorisants (quoi que puisse faire la personne visée, tout se retournera contre elle) par son ou ses agresseurs. 

La manœuvre de l’attaquant est de pouvoir complètement déstabiliser, porter la victime dans une confusion totale et à la faute. 

La victime est complètement désemparée car elle se sent seule face à cette situation. Elle ne se sent pas défendue par l’entreprise qui laisse dégénérer la situation, en refusant de prendre position face au conflit existentiel. 

Malgré ce que l’on peut penser, ce sont les personnes qui ont la capacité de résister à l’autorité en dépit des pressions qui sont les cibles de harcèlement. L’hostilité au travail se met en place lorsque la victime réagit à l’autoritarisme d’un supérieur ou d’un collègue et refuse de se laisser asservir. En d’autres termes, les victimes ne sont atteintes d’aucune pathologie ou d’une faiblesse quelconque malgré ce que les agresseurs essaient de faire croire. Ce sont des personnes équilibrées et rationnellesL’agresseur porte atteinte à la victime par le processus de dévalorisation. Cette dépréciation mise en place est acceptée et cautionnée par le groupe, de la victime par le harceleur. Cette dévaluation donne apparemment une raison valable à la cruauté exercée contre la personne ciblée. 

Le seul tort que l’on pourrait reprocher aux victimes, c’est d’être des travailleurs perfectionnistes, investis dans leur job et désirant être impeccables. 

Soit par ses qualités, la victime fait de l’ombre à son agresseur, ou bien, paradoxalement, l’agresseur a peur de perdre les bons et loyaux services de la victime (par exemple de l’employée enceinte). 

Lorsque le processus de harcèlement est mis en place, la victime est critiquée : on dit qu’elle est difficile à vivre, qu’elle a mauvais caractère, qu’elle est folle. On prétend que c’est sa personnalité qui est la conséquence du conflit et on oublie qui elle était auparavant dans un autre contexte. 

Poussée dans ses retranchement et à bout, il n’est pas rare qu’elle devienne ce que l’on veut faire d’elle. Une victime ne peut être au maximum de son potentiel. Elle devient inattentive, inefficace et, devient dès lors, sujet aux critiques sur la qualité de son travail. 

L’agression au niveau du travail à deux identifications : l’agression horizontale ou verticale. http://stfh.skynetblogs.be/category/1002395/1/Le+harc%E8lement++au+travail

Laisser un commentaire

 

medecin.cantalien |
Samclaude ou bien? |
Mes chats Devon Rex et Cha... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Muse
| Virginie et Guillaume
| récits