être soi-même

Bienvenue sur mon blog

12 septembre, 2007

Rudyard Kipling (1865 – 1936)

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 21:08

 fils.jpg

 

Si 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie,
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties,
Sans un geste et sans un soupir,

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre,

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d’un mot,

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi,

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur,

Si tu sais être dur sans jamais être en rage,
Si tu sais être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant,

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite,
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête,
Lorsque tous les autres les perdront,

Alors les rois, les dieux, la chance et la victoire,
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et ce qui vaut bien mieux que les rois et la gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

 

lignefleurs.gif

poème de Victor Hugo (1802 – 1885)

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 20:34

poème de Victor Hugo (1802 - 1885)  dans Poèmes m_secret 

 

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites !
Tout peut sortir d’un mot qu’en passant vous perdîtes ;
Tout, la haine et le deuil !
Et ne m’objectez pas que vos amis sont sûrs et que
vous parlez bas.

Écoutez bien ceci :
Tête-à-tête, en pantoufle,
Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,
Vous dites à l’oreille du plus mystérieux
De vos amis de cœur ou, si vous aimez mieux,
Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,
Dans le fond d’une cave à trente pieds sous terre,
Un mot désagréable à quelque individu.
Ce mot – que vous croyez qu’on n’a pas entendu,
Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre -

Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre ;
Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin ;
Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,
De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;
Au besoin, il prendrait des ailes, comme l’aigle !
Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera ;
Il suit le quai, franchit la place, et caetera
Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,
Et va, tout à travers un dédale de rues,
Droit chez le citoyen dont vous avez parlé.
Il sait le numéro, l’étage ; il a la clé,
Il monte l’escalier, ouvre la porte, passe,
Entre, arrive, et railleur, regardant l’homme en face,
Dit :  » Me voilà ! Je sors de la bouche d’un tel. »

Et c’est fait. Vous avez un ennemi mortel.

lignefleurs.gif

 

A Mademoiselle- Alfred de Musset

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 19:17

femmenue1.jpg

 

A Mademoiselle 

 

Oui, femme, quoi qu’on puisse dire
Vous avez le fatal pouvoir
De nous jeter par un sourire
Dans l’ivresse ou le désespoir.

Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le coeur.

Oui, votre orgueil doit être immense,
Car, grâce à notre lâcheté,
Rien n’égale votre puissance,
Sinon, votre fragilité.

Mais toute puissance sur terre
Meurt quand l’abus en est trop grand,
Et qui sait souffrir et se taire
S’éloigne de vous en pleurant.

Quel que soit le mal qu’il endure,
Son triste sort est le plus beau.
J’aime encore mieux notre torture
Que votre métier de bourreau

 

lignefleurs.gif

 

7 septembre, 2007

Pourquoi toi?

Classé dans : Poèmes — nacydymeg @ 11:32

scintillant9.gif 

 

 

 

 

 Pourquoi, est-ce toi qui me mets en émois?

  Si je n’avais jamais croisé ton regard si intense,  si beau, je n’aurai pas connu ce qui m’a enflammée

 Et Pourtant il faudra se quitter, tout déchirer, tout oublier sans jamais se nier…

ça me semble tellement impossible de garder cet équilibre, je voudrais tant te vivre…

Comment pouvoir déposer ces armes qui créeront tant de larmes, qui feront tant de mal,

 même si tu seras encore là, plus jamais je ne pourrai prendre ta main et retrouver cet amour incertain.

Comment ne plus t’aimer, comment ne plus ressentir ce sentiment Inconnu et si émouvant à la fois?

Merci d’être là, Merci de nier ceux qui ne croient pas en toi, en nous

En attendant, laisse-moi continuer de rêver…

Merci, d’avoir fait tant d’effort a ce mal qui te ronge, même si souvent,  j’ai peur que ça ne dure pas,

Moi, seule sais que tu peux être toi.

 Nathalie.D

5362732541.gif

 

nacydymeg12.gif

12345...9
 

medecin.cantalien |
Samclaude ou bien? |
Mes chats Devon Rex et Cha... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Muse
| Virginie et Guillaume
| récits